Amitié sans frontières

Le forum est consacré à réunir des amis du monde entier pour un échange culturel et d'idées sur différents sujets!
 
AccueilPortailGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Bonjour
Jeu 4 Juil - 17:55 par Couleur café

» Joli temps de l'avent
Dim 9 Déc - 11:55 par Domi

» Bonjour
Sam 20 Oct - 12:07 par Domi

» Deux entreprises prestigieuses lorraines
Sam 29 Sep - 18:40 par Domi

» Janik Coat auteure illustratrice
Ven 21 Sep - 11:43 par Domi

» Peintres orientalistes
Mer 19 Sep - 0:30 par Domi

» L'huile de ricin
Mar 18 Sep - 15:23 par Domi

» Bonne nuit en poésie
Mar 11 Sep - 8:15 par Domi

» Une bonne nuit en compagnie de madame Butterfly, opéra de Puccini
Dim 9 Sep - 0:35 par Domi

Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Amitié sans frontières sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Amitié sans frontières sur votre site de social bookmarking
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland
Forum
Sites favoris
anipassion.com
Partagez | 
 

 Le suicide des enfants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Domi
Admin


Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 02/05/2009

MessageSujet: Le suicide des enfants   Dim 23 Jan - 0:28



"Dans toute souffrance intime solide vient un moment où même le rêve et l'espoir ne servent plus à rien." Romain Guilleaumes

Bonsoir à tous, pardonnez-moi de parler de sujets plutôt graves, mais ces deux faits divers m'ont interpellée et attristée.

La semaine dernière, deux jeunes se sont suicidés en France. Le premier, un lycéen de 17 ans qui a tenté de s'immoler par le feu mardi dans un établissement scolaire de Marseille, et se trouvait toujours dans un état critique mercredi, était victime d'un racket depuis plusieurs mois, a-t-on appris de source proche de l'enquête.
Les premiers résultats des investigations diligentées par les policiers de la Sûreté départementale ont montré que l'adolescent était à la dérive depuis plus d'un an, avec des résultats scolaires en chute libre, le divorce de ses parents et des problèmes de coeur liés au départ de sa petite amie.

l'autre, Lalita, une fillette de 9 ans "s'est jetée dans le vide par la fenêtre de sa chambre, au 5e étage de l'immeuble où réside sa famille. Transportée à l'hôpital Mère-Enfant de Bron dans un état très grave, la fillette a succombé dans la nuit à ses blessures.

La fillette souffrait de diabète, explique le procureur. Elle a mis fin à ses jours alors qu'elle «venait de se disputer avec sa nounou concernant son régime alimentaire et sur le fait qu'elle mangeait trop de bonbons». L'enfant avait laissé un message pour expliquer son geste, «quelques mots d'enfant gribouillés sur un morceau de papier juste avant de se jeter par la fenêtre», précise le magistrat. «Avec des mots d'enfant, elle dit qu'elle en a marre et qu'elle va se jeter par la fenêtre», indique-t-il, ajoutant : «C'est tragique et assez rare.»

Transportée à l'hôpital dans un état très grave, la fillette est décédée dans la nuit. "
Une enfant «pleine de vie» et «dynamique»

Pour sa famille, rien ne laissait penser qu'elle risquait de mettre fin à ses jours. L'enfant était scolarisée en classe de CM1 et participait souvent aux activités du centre de loisirs du quartier. Elle était également élue au conseil municipal des enfants et aimait la danse. Elle était la cadette d'une fratrie de trois sœurs, décrite par son entourage comme une fillette «pleine de vie» et «dynamique».

Mais que se passe-t-il donc dans la tête de ces enfants pour qu'ils décident un jour de se donner la mort?

"Les enfants qui se suicident, contrairement aux adolescents, le font rarement de manière impulsive. Ce sont souvent des enfants déprimés, qui ont une mauvaise estime d'eux-mêmes, qui se jugent négativement. Ils évoluent dans des familles où il y a des difficultés, où dans lesquelles il y a déjà eu des tentatives de suicide. L'enfant peut être renfermé ou au contraire assez agité. "

"Pour autant, l'enfant comprend-il réellement la portée de son geste ?


Même si à huit ans, l'enfant peut comprendre, je pense néanmoins qu'il est moins mâture que l'enfant ne l'était autrefois. Aujourd'hui, il est beaucoup moins associé à la mort réelle. Autrefois, les enfants assistaient aux obsèques et veillaient les morts à la maison. A la campagne, ils étaient beaucoup plus confrontés aux animaux morts. Ils rencontraient donc la mort physiquement, concrètement. Aujourd'hui, la mort est quelque chose de très abstrait pour eux : la mort, c'est la télévision, les jeux vidéo. Donc même s'ils peuvent savoir que c'est irréversible, cette notion peut rester, à mon avis, assez floue dans leurs esprits."

Stéphane Clerget, pédopsychiatre à Paris






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin


Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 02/05/2009

MessageSujet: Re: Le suicide des enfants   Dim 23 Jan - 23:21

Bonsoir Dali, merci pour ton éclairage sur cette délicate question. Moi qui côtoie des ados tous les jours, je remarque parfois des comportements déviants. Il ne faut pas toujours se fier aux apparences, car ceux qui se trouvent en difficulté ne se replient pas toujours sur eux-mêmes. Ils ont parfois des attitudes provocatrices, faisant tout pour qu'on les remarque, répondant avec une rare insolence... J'ai eu le cas avec une fille l'an dernier. Elle était devenue odieuse, infecte avec moi et j'ai appris plus tard qu'elle avait fait une tentative de suicide. Tout doit nous alerter. Mais en même temps il existe des cas où personne n'avait pu rien déceler. Il n'est pas rare d'entendre certains parents dire "Je ne comprends pas. Il avait pourtant l'air d'être bien dans sa peau... Il était gai, plein de vie..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin


Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 02/05/2009

MessageSujet: Re: Le suicide des enfants   Lun 24 Jan - 0:06


Ils se croient déjà adultes mais ils sont encore des enfants. Françoise Dolto l'explique bien dans son ouvrage: le complexe du homard. Ils n'ont souvent pas d'idéal, pas de repères. C'est fort dommage.
Bonne fin de soirée et bonne nuit Dali
.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oasien



Nombre de messages : 340
Age : 69
Localisation : Gabes- Tunisie
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le suicide des enfants   Mer 26 Jan - 11:49

Mettre fin à sa vie alors qu'il est encore tout jeune, est un acte démesuré et qui doit être considéré par l'environnement: Parents, éducateurs, chercheurs...
Dans le passé, n'y avait-il pas des divorces, des décès de parents, des enfants délaissés pour une raison ou une autre ( telle les guerres)? Quel était le pourcentage des suicides parmi les enfants à ces époques?
Et actuellement, quel en est le pourcentage? je n'ai pas de chiffres précis, mais voici une partie d'un article écrit par Marie-Andrée Chouinard le 31 août 2002 (Archives Le Devoir)

Que se passe-t-il donc dans la tête d'un enfant pour que la mort, sa mort, y revienne soudain telle une rengaine ?

Au Québec, les statistiques sur la question du suicide ont de quoi étourdir. Phénomène complexe s'il en est un, cette mort abrupte et ses prémisses sont plus troublants lorsqu'il est question d'un enfant, qu'on imagine mal songeant à mettre fin à ses jours. Cette réalité existe pourtant bel et bien, et les idées suicidaires d'un enfant, même s'il passe rarement de la parole au geste, camouflent un malaise auquel il faut s'attarder.

«Je me sens toujours mal. À l'école, je suis toujours timide et j'en parle à personne. Ma mère ne sais pas que je vous écrit car sinon elle voudrais que je voiye un psy chaque semaine comme avant et cela ne me tente vraiment pas. Dans ma vie il y a juste des chose négative. Souvent je me dis: "Si la vie est juste faite de chose négative pourquoi vivre?" Souvent je pense au suicide j'en est juste parler à une best mais je veux juste y parler par écrit car je n'aime pas ça en parler directement. Le soir quand je me couche tout se qui me vien en tête s'est "suicide". SVP aider moi car je ne pense pas tenir très longtemps.»

C'était sur le site de Tel-Jeunes, sous la rubrique Témoignages et suicide, et celle ou celui qui livre ainsi ses blessures n'a que 11 ans et intitule son message «Je suis écoeurer». Que faire avec de telles déclarations?

La question du suicide chez les enfants de 6 à 12 ans est à prendre avec des pincettes. Tous ceux à qui vous en parlez, chercheurs, médecins, intervenants de tout acabit, vous écouteront poser vos questions avec une certaine méfiance, inquiets — et avec raison — des répercussions possibles d'une hypermédiatisation du suicide chez les jeunes.

Le sujet est délicat, et on croit qu'en parler de manière sensationnelle, à coups de statistiques et de descriptions scabreuses, a une incidence sur ceux et celles qui reçoivent l'information et seraient tentés de gonfler la statistique. «C'est un sujet très délicat et je pèse toujours mes mots quand je décide d'en parler, je pense continuellement aux enfants», explique d'ailleurs Rachel Bigras, qui termine actuellement une thèse doctorale sur la question du suicide chez les enfants.

Une porte

«Des enfants de 6-12 ans qui pensent à se tuer? Il y en a beaucoup. Mais ça ne veut pas dire que ces enfants-là vont se tuer entre 6 et 12 ans, explique Mme Bigras, qui préfère ne pas entrer dans le vif de sa thèse ni illustrer son propos de données qui pourraient faire basculer de l'analyse au drame. Mais quand un enfant commence à utiliser cette façon-là de penser pour échapper à ses problèmes, pour résoudre ses conflits, il y a déjà une petite porte d'ouverte.»

«D'habitude, les enfants ne se tuent pas, mais leur conception du suicide jeune peut influencer l'option de se tuer plus tard, à l'adolescence ou à l'âge adulte», explique le Dr Brian L. Mishara, directeur du Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie (CRISE), lié à l'UQAM. «Si on apprend jeune que le suicide est une façon possible de régler des problèmes incontournables et que c'est dans notre répertoire des possibilités, plus tard on peut penser au suicide», ajoute le chercheur, qui dirige par ailleurs la thèse de Mme Bigras.
..............................................................................................................................................................................

Que se passe-t-il donc dans la tête d'un petit bonhomme ou d'une petite bonne femme destinés au plaisir et aux jeux pour que la mort, sa mort, y revienne soudain telle une rengaine? L'idée du suicide est précédée d'un contexte aux multiples causes. Plus d'un facteur peut expliquer que la détresse d'un enfant le mène à vouloir en finir avec la vie. «On pense parfois à l'hyperactivité, à la dépression, à des enfants qui vivent des impasses relationnelles importantes, sont déplacés de foyer en foyer, vivent de graves carences affectives, explique Bernard Boileau, pédopsychiatre à l'hôpital Sainte-Justine. Des traumatismes importants, des événements qui ont mis en danger la vie des enfants, des abus aussi, tout cela peut amener l'enfant vers des idées suicidaires.»



_________________
Bonjour Invité l'amitié dans la vie des gens, c'est comme les fleurs dans le jardin.

Nous vous avons créés de peuples et de tribus différents pour vous vous connaitre ( Coran)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mon-paradis-oasis.blogspot.com
Domi
Admin


Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 02/05/2009

MessageSujet: Re: Le suicide des enfants   Mer 26 Jan - 23:46

Merci à vous deux pour vos contributions. C'est vrai Khalil, on ne peut savoir ce qui se passe dans la tête des enfants et souvent c'est du ressort des spécialistes. Engager le dialogue peut les aider à mettre des mots sur ce qu'ils ressentent, mais on doit dans un deuxième temps, les confier à des psychologues.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin


Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 02/05/2009

MessageSujet: Re: Le suicide des enfants   Jeu 27 Jan - 23:35

Bonsoir Dalila. C'est horrible. J'ai lu l'article. Je connais ce village pour y être passée plusieurs fois. Certains enfants font des tentatives de suicide pour donner l'alerte, tout en faisant en sorte de prévenir leurs proches d'une manière ou d'une autre.
Ici, on voit qu'il avait pris ses précautions afin que personne ne puisse le sauver de la mort.
Je reste sans voix. Cela m'a remémoré le suicide d'un collègue, il y a deux ans. Lui aussi s'est pendu. La première fois, sa femme l'avait sauvé in extrémis. Il parlait toujours de recommencer et il l'a fait.
On a essayé de l'aider, mais il se fermait complétement. On se sent vraiment impuissant devant de tels gestes. Que Dieu ait leur âme!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le suicide des enfants   Aujourd'hui à 10:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Le suicide des enfants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un enfant de 9 ans se suicide à Brest
» Elle se suicide en se jetant sous un train avec ses enfants près de Muret
» Avez-vous (ou côtoyez-vous) des enfants insupportables ?
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Les recettes préférées des enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amitié sans frontières :: Arc-en-ciel :: Salon de thé-
Sauter vers: